Sélectionner une page

Le chien a une peau très fragile, et c’est elle qui est en première ligne face à diverses attaques de l’environnement comme les parasites ou les allergènes de tous les ordres. La peau du chien le protège contre les bactéries, les variations de température, les pertes en eau, etc. Plusieurs catégories de maladies de peau présentent des symptômes similaires, et il serait mieux de les connaitre et de prendre les précautions en allant chez le vétérinaire.

Comment se manifestent les affections de la peau chez le chien ?

Les maladies de peau chez le chien sont à la base d’un fort pourcentage de consultations vétérinaires. Ces dermatoses présentent souvent des symptômes généraux (démangeaisons, pellicules, peau irritée, perte de poils, fortes odeurs, etc.) occasionnés par divers agents. Pour nos adorables bêtes, certaines dermatoses sont sans gravité et faciles à traiter. D’autres peuvent requérir une prise en charge plus lourde. De façon fréquente, on remarque plus les démangeaisons comme symptômes, et elles dissimulent de nombreuses causes : des parasites, des allergies, des troubles du comportement, etc. Les problèmes de peau doivent donc faire l’objet d’une prise en charge imparable au cours de laquelle le vétérinaire collectera les informations essentielles. Il procédera aussi à d’éventuels prélèvements et à des examens complémentaires appropriés pour déterminer l’origine précise du trouble. Le vétérinaire devra alors préconiser des soins locaux réguliers, si possible l’utilisation de shampooings adaptés, une alimentation appropriée, etc.

Qu’en est-il des allergies ?

Il existe de nombreux types d’allergies. Parmi les plus communes paraissent l’allergie aux piqûres de puces (Dermatite Allergique aux piqûres de puces ou DAPP), l’allergie alimentaire et la dermatite atopique canine (DAC), principalement fréquente. La dermatite atopique canine présente plusieurs facteurs de risque avec notamment la prédisposition de certaines races canines. Les chiens atopiques sont souvent victimes d’infections cutanées secondaires, car leur peau déjà fragilisée ne joue plus son rôle de protection contre certains microbes. L’allergie se traite par des mesures médicales, alimentaires et hygiéniques convenables.